6 conseils pour cultiver un potager parfait
conseils pour cultiver un potager

C’est officiel, le jardinage alimentaire est la tendance la plus en vogue dans le domaine du jardinage domestique en ce moment, et ce pour plusieurs raisons. Il est évident qu’en raison de la conjoncture économique, beaucoup d’entre nous cherchent à réduire leur facture d’épicerie et cultiver ses propres légumes permet de réaliser des économies importantes par rapport aux prix pratiqués dans les épiceries. C’est surement pour cela que les gens sont à la recherdes des 30 meilleurs conseils de jardinage de tous les temps. En outre, nous voulons savoir que les aliments que nous mettons dans notre corps sont aussi sains que possible. Et le meilleur dans tout ça, c’est que les aliments cultivés chez soi sont tout simplement meilleurs que tout ce que l’on peut acheter en magasin.

Si vous êtes comme les 21 millions de personnes en Amérique du Nord qui commenceront un jardin potager cette année pour la première fois, il y a de fortes chances que quelques conseils éprouvés vous soient utiles pour réussir. Même les vétérans ne se lassent pas de se faire rappeler les étapes essentielles à la création d’un jardin généreux.

Un potager domestique est facile à démarrer et ne demande pas autant d’efforts qu’on pourrait le croire pour le maintenir en bonne santé. En suivant quelques étapes simples, vous pourrez profiter des fruits de votre travail en un rien de temps.

L’emplacement est essentiel

La plupart des plantes potagères se plaisent en plein soleil. Trouvez un endroit qui reçoit au moins six heures de soleil par jour, si possible. Pour que toutes vos plantes bénéficient d’une exposition maximale au soleil, placez les plus hautes, comme le maïs, les tomates à durée indéterminée ou les haricots sur le côté nord ou ouest, afin qu’elles ne fassent pas d’ombre aux plus petites plantes.

Tout est dans le sol

Le meilleur sol adapté aux légumes comprend beaucoup de compost et de matière organique, comme des feuilles compostées et de l’écorce âgée broyée ou déchiquetée. Quel que soit le produit de départ, incorporez suffisamment de matière organique pour que le sol amendé ne soit ni sableux ni compacté.

Lorsque le mélange est bon, il se lie lorsque vous le pressez mais se défait facilement lorsqu’on le remue. Ce sol est plein de micro-organismes vivants qui aident à nourrir vos plantes. L’eau sera suffisamment retenue, sans pour autant saturer le sol.

Arrosez judicieusement

Pour la plupart des plantes potagères, un pouce d’eau par semaine, qui inclut toute pluie naturelle, est suffisant. La manière la plus efficace et la plus productive d’irriguer est d’utiliser des tuyaux d’arrosage et des lignes de goutte à goutte. Ceux-ci délivrent l’eau lentement, de manière ciblée, laissant aux racines le temps d’absorber l’humidité et au sol de s’hydrater de manière adéquate, ce qui permet de garder le feuillage sec. Un feuillage humide pendant de longues périodes peut favoriser les maladies. Les minuteries automatiques sont un excellent moyen d’éliminer les efforts et les soucis liés à cette étape importante.

Utilisez du paillis

Ajoutez une couche de trois pouces de paillis organique autour de vos plantes et sur les lignes d’irrigation si possible. Le paillis isole le sol et contribue à le garder plus frais en été et plus chaud en hiver. Il aide également à retenir l’humidité, à supprimer les mauvaises herbes et à agir comme une barrière protectrice contre les maladies qui éclaboussent les plantes à partir du sol. En outre, le paillis est très esthétique dans le jardin.

Il est aussi important de connaître la source de votre paillis que de l’utiliser. Surtout dans un potager. Certains paillis peuvent contenir des quantités inacceptables de produits chimiques nocifs. Bien qu’il n’existe pas encore de certification pour le paillis en vrac, l’organisation à but non lucratif, The Mulch and Soil Council, certifie que les paillis et les sols ensachés sont exempts de tout ingrédient nocif. Recherchez leur sceau sur le sac ou demandez à votre fournisseur de paillis en vrac s’il connaît la source de son paillis.

Faites preuve de patience dans la lutte contre les nuisibles

Bien que les nuisibles soient généralement inévitables à un moment ou à un autre dans un potager, la nature s’occupe généralement du problème en faisant preuve de patience. Après tout, sur l’ensemble des insectes présents dans votre jardin, seuls 3 % environ sont réellement des nuisibles. Si vous respectez les étapes mentionnées jusqu’à présent, vous avez déjà pris les mesures adéquates pour favoriser la croissance de plantes saines, mieux à même de résister aux invasions potentielles de nuisibles.

Si vous devez recourir à des insecticides, appliquez-les de manière responsable ! Cela signifie que vous ne devez les utiliser qu’en fin de journée ou en soirée, et seulement lorsque cela est nécessaire. N’appliquez jamais de pesticides le matin, lorsque les pollinisateurs et les insectes utiles sont les plus actifs. Sinon, vous risquez de les tuer également. Je pense qu’il est préférable de ne pas utiliser de produits chimiques dans un jardin potager, quel que soit l’endroit ! Il faut plutôt se concentrer sur la culture de plantes saines dans un bon sol et des conditions ensoleillées et laisser la nature suivre son cours. Les pesticides synthétiques et même de nombreux pesticides biologiques/naturels sont non sélectifs, ce qui signifie qu’ils tuent aussi les insectes utiles.

Ne pas trop fertiliser

Une trop grande quantité d’engrais, en particulier d’azote (le premier chiffre sur l’emballage de l’engrais), peut favoriser une croissance verte et luxuriante au détriment de la production de fruits et d’une récolte plus petite. L’excès d’engrais peut également être nocif pour vos plantes et pour le sol. Ajoutez plutôt autant de compost organique que possible, jusqu’à environ 20 % de la composition totale du sol. Incorporez-le au reste du sol et vous fournirez à vos plantes les nutriments dont elles ont besoin pour se développer naturellement. En d’autres termes, nourrissez le sol et laissez le sol nourrir les plantes.

Si vous mettez en pratique ce que j’ai suggéré ci-dessus, vous donnerez à votre jardin un bon départ et vous le préparerez pour une saison fructueuse. La préparation est la clé.

Article sur conseils cultiver potager